CAP Pâtisserie

ET PUIS UN JOUR, J’AI DÉCIDÉ DE PASSER UN CAP PÂTISSIER…

J’ai 34 ans, je suis diplômée d’un master de géographie urbaine, je suis cadre dans la fonction publique territoriale spécialisée dans le domaine du foncier et de l’immobilier, je travaille depuis 9 ans, j’ai un travail intéressant et prenant… 

Rien ne me prédestinait donc à me lancer dans la grande aventure… 

Alors pourquoi, un jour, j’ai fait le choix de passer un CAP pâtissier en candidat libre ?

  • Tout d’abord, je suis passionnée par le domaine… Encore heureux me direz-vous ! Pâtisser, j’ai toujours aimé ça depuis ma tendre enfance. Cependant, je ne m’étais jamais essayée à faire des pâtisseries sophistiquées. Les brownies, madeleines et autres cakes étaient mes recettes favorites.
  • Un accident de la vie m’a fait me recentrer sur de nouvelles pratiques et notamment la pâtisserie.
  • Cela, combiné à la rencontre avec mon grand barbu, a fait que j’ai commencé à créer de plus en plus et à progresser à chaque nouvelle tentative.
  • J’ai vraiment commencé à développer mes compétences à partir de septembre 2017 en rentrant d’un merveilleux séjour à Barcelone où j’ai beaucoup réfléchi à la vie, à ma vie et à mes envies.
  • Fin 2017, j’ai trouvé sous le sapin le livre « Passez votre CAP pâtissier » des trublions Michel et Augustin commandé par mon barbu au barbu de Laponie. Si au départ, je me suis dit que je n’en étais pas capable, je me suis peu à peu prise au jeu.
  • J’ai découvert les recettes de base de la pâtisserie grâce à cet ouvrage. J’ai commencé à réaliser des brioches, je n’ai plus utilisé que des pâtes faites maison dans mes tartes, je suis devenue une pro de la pâte à choux etc. J’ai expérimenté, me suis documentée, j’ai parfois raté pour mieux réussir ensuite.
  • À l’occasion d’anniversaires, j’ai commencé à réaliser des entremets et j’ai ainsi découvert la réalisation des différents biscuits, cuillère, dacquoise, joconde etc. mais également les différentes crèmes, pâtissière, bavaroise, anglaise, diplomate etc.
  • Aussi, j’ai commencé à vraiment faire des choses que je n’aurai jamais pensé réussir quelques temps auparavant.
  • J’aime me challenger. N’ayant jamais pratiqué de sport pendant quasiment 28 ans (j’étais une pro de la dispense de sport pendant mes années collège et lycée), je me suis mise un jour à la course à pieds (toujours à cause de cet accident de la vie) et j’ai décidé après deux ans de pratique de faire un semi-marathon en moins de deux heures.
  • Pour le CAP, ce fut la même chose ! Je me suis dit… Pourquoi pas moi ? J’ai commencé à en parler autour de moi et là… Douche froide.
  • Si certaines personnes, amis ou famille m’ont suivi dans cette folie et encouragé dans la démarche, d’autres, au contraire se sont montrés très indélicats voire méchants… « Tu as un BAC + 5 et tu veux passer un CAP ? »… Comme si passer ce diplôme à mon âge avait quelque chose de dégradant…
  • J’ai donc décidé de passer ce CAP avant tout pour moi mais aussi pour ces gens qui croyait en moi ou au contraire qui ont fait preuve d’indélicatesse, de maladresse voire de méchanceté (peut-être aussi de jalousie). Ces derniers m’ont mis la rage et m’ont convaincu qu’il fallait que je le décroche ce diplôme !
  • J’ai toujours pensé que le travail manuel, l’artisanat étaient des domaines essentiels. A l’ère de l’innovation, du toujours plus vite, du sans cesse plus loin, je reste convaincue que l’avenir est le retour aux choses simples et bonnes et aux matériaux nobles et travaillés délicatement.
  • Quoi de meilleur qu’un quatre-quart maison au goûter plutôt qu’un gâteau industriel collant à son emballage plastique et rempli de conservateurs, additifs en tout genre et j’en passe ?
  • À 15 ans déjà, je souhaitais m’orienter vers un CAP fleuriste parce que le travail des fleurs me passionnait. J’imaginais pour l’avenir avoir ma petite boutique du bonheur où les amoureux viendraient acheter un bouquet pour leur dulcinée et ou les bambins viendraient cueillir une rose pour leur maman ou leur mamie. Parce que j’étais une excellente élève, tout le monde m’a ri au nez, professeurs, conseillers d’éducation et parents inclus…
  • À 34 ans révolus aujourd’hui, plus personne n’avait à me dire quoi faire et je me suis donc inscrite en novembre 2018 pour la plus magique (mais également épuisante) aventure !
« Vivez vos rêves, croyez en vous et soyez un peu fous  » 

Voilà ma devise ! La vie est trop courte pour que l’on s’encombre, pour que l’on ressasse, pour que l’on s’ennuie.

Je ne sais absolument pas si le CAP pâtissier m’apportera une reconversion (j’y pense, vous vous doutez bien !) mais il m’a déjà tant apporter psychologiquement et humainement ! 

Alors n’hésitez plus, si vous avez une envie, un challenge un peu fou, une expérience à tenter… Allez y !

Je reviendrai prochainement pour vous raconter petit à petit mon expérience, de l’inscription aux résultats, de mes moments d’excitation intenses à mes journées de doutes extrêmes. Mais si je devais revivre cette année intense, je retenterai 1000 fois !

6 commentaires

  • Scoopencuisine

    Très bel article pour commencer !! Le semi-marathon je n’y suis pas encore, mais j’espère avoir mon CAP moi aussi, 1 an après toi ! Félicitations encore pour ta réussite, ça a du en scotcher plus d’un ☺️

    • Julie

      Merci beaucoup pour ce petit mot si sympathique (comme toujours d’ailleurs!). Je te souhaite une belle réussite dans ce projet de CAP et bientôt, je reviendrai plus en détails sur le CAP pâtissier (inscription, déroulé, examen etc.)

    • Jo_la_patîsse

      Bonjour,
      J’adore ta vision de la vie ! Tu es une battante 😉. Et oui, la société veut que l’on fasse de longue études, j’ai eu ce problème aussi de mon côté. Mais, notre cœur aurait souhaité autre chose. Et du coup, beaucoup de personnes comme nous se retrouvent en reconversion professionnelle.
      Je te souhaite le meilleur pour ton avenir !
      Et une très belle journée ☀

      • Julie

        Merci pour cet adorable commentaire Marjolaine! Eh oui, la société d’aujourd’hui veut nous emmener sur des chemins qui ne nous plaisent pas forcément… Mais soyons fortes et assumons ce que nous voulons, nous!

  • Perenne

    Merci Julie pour ce joli article qui nous montre que nos rêves d’ados ne sont finalement pas si loin 😊😉, et bravo pour ce blog qui j’en suis sûre, sera à la fois une belle source d’idées, une magnifique galerie de photos et une page remplie d’articles vrais et enthousiaste ! You are a winner!

    • Julie

      Merci beaucoup Mélanie! J’espère transmettre et partager de jolies choses au sein de ce nouvel outil qui m’a donné quelques sueurs froides mais dont je suis si fière aujourd’hui! A très vite avec de nouveaux articles!